• 201 visits
  • 7 articles
  • 25 hearts
  • 204 comments

Hello World 03/03/2017

Ceci est un article pour combler un vide spatial susceptible de se transformer en trou noir inter-dimensionnel qui provoquerait un effondrement du continuum espace-temps empêchant ce qui doit être de devenir et ce qui fût de se perpétuer.
Remerciez moi, je nous sauve tous !

Plan de route / Equipage 26/07/2017

Yoho Moussaillons !

Voguer sur les flots c'est bien, mais savoir où on va c'est mieux, c'est pourquoi je mets à votre disposition mon plan de route !



Plan de route / Equipage



Indications :

☠ - Plan de route / Equipage
☠ - Ecaps Ytpme


Fiction :

☠ - Chapitre 1 - ☠
☠ - Chapitre 2 - ☠
☠ - Chapitre 3 - ☠


Divers :

Hello World - ☠
Derive - ☠





X -☠-☠-☠-☠-☠-☠-☠-☠-☠-☠-☠-☠-☠-☠-☠-☠-☠-☠-☠-☠-☠-☠-☠-☠-☠-☠-☠-☠-☠-☠-☠-☠-☠- X




Plan de route / Equipage



Voici la liste de ceux qui ont choisi de rejoindre mon équipage, si vous voulez nous rejoindre n'hésitez pas afin de ne louper aucune de nos aventures !




Cha' - ❂
Lili - ☸
Kimiwa - ❁
Anna - ✿
Milena - ❀






Merci à Lili pour l'habillage.

ecaps ytpme <=== 13/03/2017

Bonjour, je suis


Yaël


mais la vérité c'est que je n'existe pas...

Je ne suis que le fruit de

l'imagination
de mon créateur.


J'ai déjà vécu beaucoup de vies, vu beaucoup de choses et pourtant
je ne suis rien
 
Je n'ai rien vu ni n'ai rien fait. Je ne sais pas pourquoi je suis ici... Mais au fond personne ne sait vraiment pourquoi nous sommes où nous sommes. Alors je suis là sans y être je suis la plume ballottée par le vent de l'inspiration de mon créateur.


Ne vous y trompez pas,

je ne suis pas lui

il n'est pas moi !

Vous découvrirez peut être ici des aventures me mettant en scène, restez calmes elles sont (théoriquement) imaginaires. Ne vous y trompez pas si je vous parle de ma vie comprenez bien que comme je n'existe pas, ma vie non plus.

Sur ce je vous laisse, je vais faire une petite sieste dans le



néant

qui m'a vu naître et qui me voit mourir tout aussi souvent.



Dérive. 03/04/2017

Yaël était perdu, à la merci de ses sentiments. Ballotté tel une feuille dans la tempête de ses songes. Il avait déjà eut des décisions à prendre mais pour la première fois il ne savait pas laquelle était la bonne.
Reconnaissant à Tobias de l'avoir recueilli il avait toujours essayer de le rendre fier, faisant ce qui plairait à Tobias... Mais Tobias était mort, la bande s'était séparée. Il réalisait à présent que de cette fière meute le seul à n'avoir jamais été véritablement un loup c'était Tobias, les autres n'étaient que des coyotes qui, une fois l'alpha mort, s'étaient entre-déchirer pour les restes.
Et voilà, pour Yaël tout avait volé en éclat. Il pensait son chemin tout tracé : Rester dans la bande, progresser, devenir le meilleur et le jour venu pourquoi pas en devenir à son tour le chef... Mais la vie n'était pas si simple... Il avait toujours pris le vol comme le jeu du chat et de la souris, sauf qu'aujourd'hui les chats avaient été trop nombreux, trop hargneux, trop armés...
Une flèche dans le dos avait stopper la légende de Tobias et de sa bande... Que faire à présent ? Yaël n'avait jamais quitté la ville, il connaissait chaque recoin chaque passage et chaque cachette que celle-ci renfermait.
Il avait toujours voulut partir, découvrir le monde, il en avait parlé à Tobias, celui-ci avait ri de bon c½ur... « Tu me rappelles ma jeunesse » avait il dit alors...
Il devait se ressaisir, trouver un nouvel objectif un nouveau but. Prendre une décision seul mais ce qui l'effrayait le plus était que cette décision influencerait le reste de sa vie. Il avait tellement peur de se tromper, de faire le mauvais choix. Et si c'était le cas, pourrait il revenir en arrière ?
Ronger par ses craintes Yaël restait là sans bouger sans parvenir à se décider.

Chapitre 1 24/07/2017

Chapitre 1



Tout alla très vite ce jour là... Yaël venait de s'engager comme mousse, c'était la première fois qu'il quittait la ville portuaire où il avait grandi.
Bientôt il reviendrait et pourrait à son tour raconter ses aventure dans la taverne du vieux Jack. C'était en ce lieu que lui avait été transmise la passion du large !

« -Cesse de rêvasser ! » lui cria le chef de quart.

Penché sur le pont il regardait la ville réduire petit à petit engloutie par l'horizon. Il attrapa son sot et son balai et entama le travail qui était le sien : faire briller le pont.
Peut être que s'il avait été plus costaud on lui aurait confié une autre tache mais ce n'était pas le cas. Yaël avait une musculature fine se basant plus sur son agilité que sur sa force. Sous des cheveux roux on distinguait son regard malicieux et enivrant. En effet il avait un ½il vert et un ½il bleu. Il affichait toujours un sourire narquois ce qui agaçait au plus haut point ses interlocuteurs mais qu'y pouvait-il, il n'allait pas se plaindre d'être né heureux...

Il voguait depuis 3 jours sous un soleil de plomb. Yaël était alité le ventre retourné. Le roulis du bateau et la chaleur avait été fatale à son estomac. Par chance le chef de quart avait été à l'écoute et après quelques moqueries de marins lui avait permis d'intégrer l'équipe nocturne. Il avait donc fait ses corvées de nuit et peinait à trouver le sommeil étant victime de violentes nausées.


Soudain des cris retentirent sur le pont suivis d'une détonation et d'une violente secousse qui fît choir Yaël de son hamac.
Il se remis sur pied tant bien que mal et se hissa jusqu'à l'escalier. Il se fit bousculer au pied de celui ci par un homme d'équipage qui semblait paniqué.
Il parvint finalement au sommet et vît le pont métamorphosé en champ de bataille. A bâbord se trouvait un navire affichant pavillon noir, le bastingage était rempli de grappins. Yaël comprit qu'ils avaient été abordés par des pirates et que l'équipage luttait pour sa survie.
Les hommes du navire tombait comme des mouches pour un pirate vaincu c'était cinq hommes d'équipage qui étaient emportés.



Chapitre 1



Tout à coup la voix du capitaine retentit :

« -Lachez vos armes, nous avons perdu. Inutile de faire couler d'avantage de sang. »

Puis sur ces mots il leva son épée avant de la laisser tomber au sol puis de se mettre à genou.
Les hommes suivirent l'exemple de leur capitaine et cessèrent toute résistance. Ils furent alors mené sans ménagement sur le pont tribord et alignés à genou, où ils demeurèrent sous bonne garde.
Un homme imposant se mit à faire les cent pas devant eux. Il avait le visage couvert de sang et affichait un sourire carnassier. Il se planta devant le capitaine vaincu et lui dit :

« -Tu as essayé de me résister puis voyant ta défaite arriver tu as choisi d'épargner tes hommes... D'aucun te qualifierait de bon capitaine... Moi je dis que si tu avais été malin tu n'aurais même pas essayé de résister ! Comme punition tu vas perdre encore d'avantage d'hommes, et de ta main ! »

Des protestations s'élevèrent mais le pirate y mit fin rapidement :

« -Si tu ne le fais pas aucun des tes hommes n'en réchappera. A présent lève toi ! Qu'on lui donne un sabre ! Au passage s'il te vient l'idée de m'attaquer je te maîtriserais sans mal et tu assisteras à l'anéantissement de ton équipage. A présent égorge cinq de tes hommes, peu m'importe lesquels tant que leur sang est sur tes mains »

Le pauvre homme vaincu devint blême, dans sa tête avait lieu la pire des tempêtes. Il ne pouvait tuer ses hommes qui avaient placé leur confiance en lui, mais d'un autre côté en en sacrifiant il sauverait les autres... Il ne savait que faire, la main tremblante et le regard vide il restait là amorphe.

« -Mes hommes et moi commençons à nous impatienter ! Devrons nous massacrer tes hommes nous même ?! »

Le chef de quart se leva soudain et vint se placer devant son capitaine, le chef des pirates le laissa faire.

« -Capitaine je ne regrette pas d'avoir servi à vos côtés, ce fut pour moi un honneur, j'imagine l'état qui est le votre ainsi je vous offre ma vie. S'il vous plaît prenez là afin que mes camarades puisse conserver la leur. Tuez moi sans remords je vous le demande. On vous laisse un choix impossible à faire alors je vous apporte mon aide. »

Tous les membres de l'équipage sentirent les larmes monter à leurs yeux. Tous remercièrent silencieusement le chef de quart, d'autres inspirés par son exemple se levèrent à leur tour et vinrent se placer à son côté. Le capitaine abattu s'approcha de son compagnon le visage couvert de larmes, plongea ses yeux embués dans ceux de sa future victime. Il appliqua la lame froide sur son cou puis d'un geste vif lui trancha la gorge pleurant et s'excusant. Il agit de la même manière avec les autres laissant à chaque fois un peu plus de son être partir avec ses hommes. Lorsque le dernier s'écroula sur le pont le pirate s'exclama :

« -Et bah mon gars j'ai cru que tu n'y arriverais jamais ! C'était très touchant ! Je tiens toujours parole donc le reste de ton équipage vivra, du moment qu'il ne fasse pas de vague. Toi tu vivras le reste de ta vie avec le poids des vies que tu as prise aujourd'hui ! Enfermez les dans la cale ! »

A ces mots Yaël et les autres membres d'équipage furent conduis sans ménagement dans la cale suivis par leur capitaine au regard vide marchant d'avantage tel un automate que comme un humain. Pendant que les pirates achevaient leur pillage.
Dans les entrailles du navire au pavillon noir on trouvait des cages à dimensions humaines. Sur les parois on voyait des fers rappelant celles des navires négriers de l'époque. Les survivants furent entassés dans l'une des cage.

Yaël, qui n'avait jusqu'alors fixé son regard ailleurs que sur la nuque de celui qui le précédait, osa regarder autour de lui. Il constata qu'ils n'étaient pas les premières victimes des pirates. Dans les deux premières « cages » s'entassaient d'autres marins à l'aspect crasseux et mal nourris. Dans une dernière cage Yaël devina quatre silhouettes réparties en groupe de deux dans les coins opposés.

« -Tas de charognes, si vous voulez vivre vous la fermez et vous restez tranquilles jusqu'à ce que l'on vous trouve acquéreur. Je suis un gars généreux vous aurez une chance avant la mort mais vous y laisserez des plumes alors réfléchissez avant d'agir. »

A peine le discours de leur geôlier achevé qu'une détonation retentît. Il fallut un moment à Yaël avant de comprendre que leur bateau avait été passé par le fond.


Chapitre 1